Ometepe, l’île qui n’a pas voulu de nous

Ometepe est la seconde étape de notre voyage. C’est une île à la nature sauvage réunissant deux volcans et située sur le lac du Nicaragua. Nous y avons séjourné cinq jours, bien décidés à faire l’ascension d’au moins l’un des volcans. Ce fût un moment un peu hors du temps et nous restons mitigés sur cette expérience. En fait, on a le sentiment que l’île de Ometepe n’a pas voulu de nous…

Une île volcanique restée vierge

L’île de Ometepe est vraiment un endroit particulier, tant par la beauté de sa faune et flore, que par son microclimat. Elle s’étend sur  276 km2 et parait bien petite dans l’immensité du Lac du Nicaragua qui est le deuxième plus grand lac d’Amérique du Sud. Pour vous donner une idée il faut 14h de bateau pour aller d’un bout à l’autre dans sa longueur. On compte 42 000 habitants à l’heure actuelle sur l’île et sa plus grande ville est Moyogalpa, que nous avons rejointe par le ferry depuis San Jorge.

carte de ometepe

Source : https://www.bouger-voyager.com/

Nous avons logés dans deux endroits, un hostel à Moyogalpa et une auberge plus reculée dans la nature. Moyogalpa est une ville très colorée. Ça bouge pas mal la journée et bien que les gens soient dans la pénombre la nuit, il y a quand même de la vie. C’est même plutôt bruyant, et grouillant de personnes dans les rues notamment autour de la seule boîte de nuit de l’île. D’ailleurs ce terme prend tout son sens ici car il s’agit vraiment d’une sono posée à même le sol, lui-même cerné par quatre bouts de tôles. Ces petits tours à pieds et en moto la journée, nous ont donné un aperçu des volcans Maderas et Concepción mais aussi de la vie menée par ces îliens.

chevaux dans les rues de Ometepe

chevaux sauvages

On s’attendait à voir des chevaux sauvages, mais pas forcément dans la ville !

Balade dans les rues de Ometepe

Rues de Ometepe

Mobylette dans une rue

Rue de Ometepe

Il n’y a qu’une route qui relie l’ensemble des « villes » de l’île. Celle-ci est bordée de… bah rien en fait. La nature encore et encore qui parait tout engloutir. Nous avons souvent croisé des poules, des cochons et des chevaux sauvages, des singes bien-sûr et d’autres espèces d’oiseaux comme le bel urraca que nous avions déjà vu sur la terre ferme sans connaître son nom. Bon et il y en a un autre aussi dont je regrette de ne pas avoir trouvé le nom parce que son chant ressemble à une sonnerie d’un vieux réveil et ça m’a bien fait rire😂.

Route unique sur Ometepe

Famille insulaire

Des bananes par miliers

L’agriculture est la première ressource du Nicaragua. Le pays exporte du coton, du tabac, du sucre et… des bananes 🍌, encore 🍌et encore 🍌des bananes…🍌 Il y en a partout sur l’île. 🍌 La terre volcanique est très riche en minéraux, il n’existe pas mieux pour cultiver des semences. 🍌

travailleurs dans une bananeraie

Bananeraie

Les insulaires quant à eux vivent comme d’antan pour nous, occidentaux. Les femmes lavent leur linge dans le lac, les hommes travaillent dans des plantations de bananeraies essentiellement. Et je soupçonne que tous les enfants n’aillent pas à l’école. Ils vivent tous de leurs récoltes ; les bananes, la papaye, le riz, le haricot rouge, le yuca… Encore une fois ce fût difficile pour nous de voir à quel point l’île était vide. Les hôtes de notre premier hébergement nous expliquaient qu’habituellement il y a beaucoup de touristes au mois de septembre. La situation du Nicaragua a décidément bel et bien refroidi les voyageurs étrangers.

Un séjour compromis par la pluie

A ce beau portrait s’ajoute un microclimat très capricieux. En cinq jours, on compte seulement quelques heures d’éclaircies et bien-sûr pas forcément quand il fallait ! Un peu déçus par ce temps nous avons décidé de sélectionner nos activités pour profiter aux mieux de la majestueuse île de Ometepe…

L’Ojo de Agua, ou la cure de jeunesse

Il s’agit d’une piscine naturelle d’eau cristalline volcanique. On dit que grâce à tous les minéraux qu’elle contient, elle serait une véritable cure de jouvence pour quiconque s’y baignerait. La pluie a cessé, l’eau est chaude, son ruissellement entre les deux bassins nous berce. Voilà un premier moment précieux que nous offre l’île, bien que nous n’ayons pas vraiment rajeuni 👶🏻.

Bassin Ojo de Agua

Bassin d'eau Ojo de Agua

Chaises devant la piscine

Bain dans l'eau volcanique

Plongeon dans l'eau du bassin Ojo de Agua

Piscine d'eau cristalline Ojo de Agua

La réserve de Charco Verde

Un rayon de soleil ! Vite on file à la réserve de Charco Verde où vivent de nombreux singes hurleurs si l’on en croit les locaux. C’est une petite balade tranquille qui nous attend avec deux sentiers plus ou moins longs pour faire le tour de la lagune. Nous avons choisi le plus court, qui nous a mené sur une petite plage avec une jolie vue sur le volcan Maderas. En revenant sur nos pas, nous avons surpris une dizaine de singes, du plus petit au plus grand, pendus aux arbres juste à quelques mètres au-dessus de nos têtes. On ne s’en lassera jamais… 🐒✨

Chemin dans Charco Verde

Jungle Charco Verde

Lagune Charco Verde

Vue sur le volcan Maderas

Manon dans les arbres

Les singes hurleurs de Charco Verde

L’ascencion du volcan Concepcion

Deux volcans, deux possibilités :

  • Maderas, 1394 mètres d’altitude, dont les flancs sont bordés d’une végétation tropicale très humide. C’est un volcan inactif qui demande 3h de randonnée pour arriver à son cratère où se trouve un lac.
  • Concepcion 1700 mètres d’altitude, c’est une autre paire de manches. La plupart des chemins qui mènent au cratère sont étroits et glissants. Il faut entre 4h et 5h pour atteindre son cratère, selon les conditions météorologiques.

Devinez lequel on a choisi… 🙄😬

Concepcion a été un véritable défi. D’abord parce que la végétation du volcan et très changeante selon l’altitude. Ensuite pour la météo qui n’a pas été des nôtres contrairement à ce qui nous avait été annoncé. Bien que ce fût vraiment difficile et par moments même inquiétant, on est très fiers d’avoir relevé ce challenge ensemble. D’ailleurs cela méritait bien un article dédié. (SOON)

Ascension du volcan Concepcion

Randonnée Volcan Concepcion

Entre charme et mystères

Ometepe regorge de mystères que nous n’aurons pas eu la chance de connaître. La météo n’a pas vraiment pas été clémente avec nous. Nous regrettons de ne pas avoir pu faire certaines activités comme le kayak sur l’isthme Istían ou la randonnée vers les cascades San Ramón. Sans parler des volcans, dont les sommets resteront pour nous un secret gardé par les nuages…

Vue volcan Concepcion

 

Pas de commentaires

Poster un commentaire