Le Parc National de Tortuguero : notre coup de coeur du Costa Rica

Après quelques jours pluvieux mais heureux à Arenal, nous voilà en quête d’une dernièr e destination où passer quelques jours, avant de commencer notre volontariat au Jaguar Rescue Center dans la province de Limón. Compte tenu du temps qui nous restait, nos compagnons rencontrés dans les hot springs de La Fortuna nous ont parlé de deux options possibles : le Parc National de Tortuguero sur la côte Caraïbes du Costa Rica ou le Parc National de Manuel Antonio sur la côte Pacifique. Croyez-nous ou non cela s’est joué à pile ou face ! C’est l’île aux tortues qui l’a emporté et sans le moindre regret… 🐢💚

 Retrouvez tous nos conseils sur comment vous rendre à Tortuguero au Costa Rica à la fin de cet article dans notre guide pratique.

Les immanquables de Tortuguero, au Costa Rica :

  • Assister à la ponte des tortues
  • Visiter le village de Tortuguero
  • Faire la visite guidée en canoë

 

Tortuguero, ou « là où pondent les tortues »

Tortuguero est connu comme un petit village de pêcheurs situé sur la côte Atlantique, entre la rivière et l’océan. C’est sûrement l’un des parcs naturels les plus impressionnants par sa diversité faunique. On y trouve bien entendu des tortues mais aussi des grenouilles, des fourmiliers, des coatis, des paresseux, des singes hurleurs, des caïmans, des alligators, des centaines d’espèces d’oiseaux et de petits reptiles et surtout… de majestueux jaguars que très peu de gens (y compris les locaux) ont la chance d’apercevoir.

Assister à la ponte des tortues

Nous avons appris que 4 des 8 espèces de tortues peuplant notre monde viennent pondre sur la plage de Tortuguero. Et ce grâce aux nombreuses associations qui oeuvrent chaque jour pour lutter contre la pollution, l’afflux touristique, le pillage et le braconnage dont bien d’autres lieux ont soufferts au Costa Rica et dans le monde.

Par chance, la période de septembre à novembre à Tortuguero, ce sont les tortues marines dites les tortues vertes qui viennent pondre sur la plage la nuit. Les associations proposant ce tour sont très nombreuses dans ce petit village. Notre choix s’est porté sur l’association ASOPROTUR qui pour nous est celle qui accomplit le plus justement sa mission de protection et de vulgarisation auprès du grand public.

Le rendez-vous est à 21h, nous n’avons pas le droit d’emmener ni appareils photos, ni lampes torches et nous devons porter des vêtements de couleurs sombres. Nous étions un petit groupe de 8 personnes marchant main dans la main dans le noir jusqu’au sable où d’autres groupes observaient déjà silencieusement, à la lumière rouge du guide, la ponte d’une immense tortue verte.

Pourquoi la lumière rouge ? 

Les tortues marines sont quasiment aveugles. Leurs yeux très sensibles ne peuvent pas supporter la lumière blanche vive d’une lampe ou même d’un téléphone. De plus, sentant le danger, cela pourrait les stopper net dans leur ponte. 

Le spectacle muet qui s’offraient à nous était magnifique. La tortue mesurait peut-être 1m60 de longueur sur 1m30 de large. Les oeufs s’amoncelaient dans le trou qu’elle avait préalablement creusé avec ses pattes. Les oeufs sont parfaitement sphériques et il peut y en avoir jusqu’à 150 par ponte. Dès ce moment, l’enjeu est crucial pour les futurs bébés tortues. Si le trou creusé par la mère n’est pas assez profond, les prédateurs comme les oiseaux, les reptiles, les chiens peuvent les sentir de la surface et creuser pour les manger. 😭

Coût du tour : 25 $ Durée : environ 2h

Visiter le village de Tortuguero

Je crois qu’on peut faire le tour de Tortuguero en 15 min à pieds. Le village est tout petit et regorge de bonnes petites adresses pour dormir, pour manger local et pour l’artisanat. Manon a découvert que le village est parsemé de peintures réalisées sur des anciennes paraboles, moi je me suis attardé sur les étalages de bijoux faits main et d’arts locaux.

Les paraboles version Costa Rica  

L’artisanat du village de Tortuguero.

Faire la visite guidée en canoë

Une option que l’on conseille de faire avec la même association que pour le tour de nuit des tortues, cela vous coûtera moins cher. Nous sommes donc partis au petit matin, vers 6h en canoë dans la rivière  qui borde Tortuguero. Celle-ci fait partie du parc, ainsi nous étions obligé d’acheter au préalable les tickets d’entrée, qui sont valables toute la journée après achat. Nous avons aperçu beaucoup d’animaux ; des paresseux, des singes hurleurs, des singes capucins, des caïmans, des lézards basilics… Toutefois, attention à prévoir des vêtements de pluie. Ne faites pas comme nous qui sommes rentrés trempés de la tête aux pieds ! ☔️
Astuce : Pour ceux qui décideraient de poursuivre leur chemin à Puerto Limón ou Puerto Viejo, sachez que les départs se font essentiellement en lancha (bateau) depuis le port de Tortuguero. Le trajet dure environ 3h, où nous avons eu la bonne surprise d’avoir un conducteur qui avait l’oeil. Finalement, c’était tout comme une excursion où nous avons vu autant voire plus d’animaux que la veille !

Coût de l’excursion : 25 $ et 20$ si vous faites aussi le tour de nuit des tortues. Durée : 2h Entrée du Parc National : 15 $

On se croirait dans l’Amazonie non ?!

Nous avons profité d’avoir notre billet d’entrée pour le Parc National terrestre pour aller s’y perdre dans l’après-midi. Le problème est que notre avis ne peut que être faussé… Car après avoir exploré Monteverde, difficile de voire une nature aussi riche et abondante ! Quoi qu’il en soit la balade est agréable, en s’armant de patience on peut y apercevoir des animaux sauvages. On a eu la chance de croiser un fourmilier, des singes capucins, et plusieurs espèces de basilics !

Les sentiers du Parc National de Tortuguero.

La sortie du Parc débouche sur l’océan.

Notre expérience inoubliable avec les bébés tortues de Tortuguero

S’il y a bien un voeu que nous souhaitions réaliser pendant notre voyage, c’est celui de voir et peut-être aider des bébés tortues luttant pour leur vie sur la plage de Tortuguero.

Lorsque nous avons réalisé le tour de nuit, le guide nous a informé qu’il était important et primordial de protéger les bébés tortues au cas où on les apercevraient sortir de leur nid. On en croyait pas nos oreilles et pourtant. Les associations s’unissent pour autoriser toute personne à surveiller ce moment le plus crucial. C’est le premier et le plus dur des combats pour la vie pour ces petits nouveaux-nés si fragiles face à la merci du monde.

Les traces encore fraîches d’une tortue de mer venue pondre ses oeufs dans la nuit.

Les (adorables) traces laissées par des bébés tortues se dirigeant vers la mer !

Pourquoi « le plus crucial de leur vie » ?

Entre le moment de l’éclosion et l’arrivée dans l’eau, on estime qu’aujourd’hui seulement 10% des bébés tortues survivent face au prédateurs. Mais les oiseaux et les chiens errants ne sont pas les seuls mis en cause. La plupart du temps, la déshydratation est encore plus meurtrière. Beaucoup de de nouveaux-nés succombent sur les quelques mètres de sable qui les séparent de l’eau. (Sortez les mouchoirs)

Le premier et le plus crucial des combats pour la vie…

… que certains bébés ne parviendront jamais à surmonter.

C’est ainsi qu’un après-midi, nous sommes partis nous balader sur le bord de plage. Nous sommes tombés nez à nez avec des dizaines et des dizaines de bébés tortues qui sortaient de leur nid. Quelques autres personnes étaient présentes. Bien qu’émerveillés par ce spectacle de la vie, nous avons pris notre rôle à coeur. On s’est placés en file indienne, de part et d’autre du chemin que traçaient les petites pattes des tortues, filant une à une jusqu’à l’eau. Certains guettaient les oiseaux, d’autres les chiens qui n’étaient pas en laisse, et moi je me suis aperçue qu’une tortue n’arrivait plus à avancer.

C’est l’heure ! Des dizaines de bébé tortues sortent du nid.

Comme un devoir humain

C’est immédiatement devenu MA mission. Je devais m’assurer qu’elle arrive jusqu’à l’eau. Avec beaucoup de peine elle se mouvait dans le sable. J’ai commencé à enlever les moindres petits obstacles sur son passage, branches, feuilles, coquillages… Ce qui m’a fait définitivement réagir c’est l’instant où elle s’est arrêtée, épuisée, et qu’elle regardait ses petits frères et soeurs qui la dépassaient à sa droite. Là ça m’a crevé le coeur. Était-elle en train de réaliser qu’elle n’y parviendrait pas ? Cherchait-elle désespérément de l’aide ? Je me suis remémoré les conseils donnés par le guide et je les ai appliqués à la lettre. J’ai pris délicatement la tortue au creux de ma main. J’ai marché quelques mètres en une poignée de secondes et je l’ai déposée 3 mètres avant l’eau, afin qu’elle y parvienne d’elle-même. Et c’est ce qu’elle a fait.

Le sourire aux lèvres, émue par ce plus évident combat pour la vie, j’ai rejoins Florian qui regardait dans le nid si toutes les tortues étaient bien sorties. Nous sommes rentrés des étoiles pleins les yeux, on venait de vivre un moment très fort. Cela n’attisait que notre envie d’arriver bientôt au Jaguar Rescue Center.

Ma petite protégée…

… qui s’en est allée vers sa nouvelle maison !

Guide pratique_

Comment rejoindre Tortuguero ?

  • En bus

Depuis San José il y a deux bus à prendre. Le premier jusque la ville de Cariari, le second jusqu’à l’embarcadère La Pavona. Ensuite vous embarquerez pour 30 minutes exceptionnelles de lancha jusqu’à Tortuguero. En tout, le trajet dure environ 4h et coûte 4500 colones soit 8 $.

Depuis Puerto Limón, on peut prendre un bus jusque La Pavona et suivre le même itinéraire cité au-dessus.

  • En avion

Les prix sont élevés mais le trajet ne dure que 30 minutes, forcément. Il faut se renseigner auprès des compagnies Nature Air ou Sansa Airlines.

  • En bateau

Depuis Puerto Limón, on peut prendre un bateau à Puerto Moin pour 40 $. Le trajet dure 4h.

 

 

 

 

Pas de commentaires

Poster un commentaire